Festival de la Cote d'Opale le 08 juillet 2005

 

La tête d'affiche de la soirée du vendredi 8 juillet 2005 était le quatuor argentin « Cordoba Reunion » mais ce sont aussi les deux chanteurs, subrepticement ajoutés sur le programme comme « Invités » à savoir Nilda Fernandez et Francis Lalanne, que le public venait voir. Une ambiance feutrée et intimiste pour un concert tout en nuances. Sans savoir vraiment, on soupçonne déjà des moments d'exception à venir durant cette « Petite soirée entre amis » et tout autant de complicité, de convivialité, d'amour du jazz et de magie musicale argentine.

 

 Un murmure parcours les spectateurs lorsque la silhouette du charismatique Francis Lalanne se profile derrière les projecteurs.

Francis, ne chantant qu'en langue espagnole, nous a petit à petit plongé au cœur de nos propres silences et réflexions. L'énergie est intacte, la voix profonde et sublime, teintée de plaintes qui métamorphosent l'esprit. Un moment d'osmose durant vingt minutes. Un moment pour privilégiés.

Un Lalanne de la première heure, nous distillant des mots simples et touchant entre chacune de ses interprétations. Il planait dans la salle entre le public et lui les vapeurs envoûtantes d'un fluide complice et fusionnel dont l'analyse nous échappe parce qu'en dehors de toute rationalité. Nilda Fernandez, manifestement sous le charme, partagea lui aussi, le temps d'une chanson qui lui était dédiée, l'alchimie complexe de ces instants rares. Vendredi soir, le « magic mirrors » a validé son appellation en reflétant ce qui restera un de ses meilleurs moments d'émotion musicale cette année....

Téléchargez cette photo sur votre portable

Téléchargez cette photo sur votre portable

INTERVIEW

Bonjour Francis, une question sur votre actualité musicale. Travaillez-vous déjà sur de nouvelles chansons après l'enregistrement de l'album « Reptile » de mars 2005 ?

Non, je vais surtout défendre l'album à partir de septembre et en assurer la promotion. Il commence à passer un peu en radio.

Votre registre musical s'est enrichi de nouvelles variations dans cet album telles que Groove, Funk, Rock, Rythm'n Blues et même Hip-Hop ! Est-ce l'influence des studios londoniens ? Pourquoi ce choix de studios d'ailleurs ?

J'avais envie de retrouver une sorte de virginité et surtout travailler avec des gens qui n'avaient aucun a priori sur moi en fait.

C'est à ce point le cas en France ?

Oui, après trente ans passés quelque part, il est difficile de trouver quelqu'un qui n'a pas d'idée préconçue sur vous. Soit ils vont se positionner à l'encontre de ce que vous faisiez avant, soit ils vont essayer de recopier exactement ce que vous faisiez avant.. Vous voyez.. Vous êtes soit dans une caricature, soit dans un refus. Moi je ne veux être dans rien, seulement dans un projet que l'on démarre à zéro, avec des gens qui ne me connaissent pas et donc je le répète, sans à priori.

Repartir à zéro c'est, dans l'esprit, refaire un premier disque ?

Oui et c'est ce que j'ai fait à Londres, avec les musiciens du groupe Jamiroquaï . Lorsque j'ai fait écouter mes chansons au batteur Derick Mc Kenzie., il a découvert sans me connaître, sans a priori. Il a adoré et m'a dit « Je veux produire ton disque et réagir par rapport à ce que j'entends là, je ne veux pas écouter ceux que tu as fait avant »

Du sang neuf quoi ?

Oui franchement, après dix ans de prison, j'existe !

Vous ne reniez cependant pas vos anciens succès, vous les chantez encore sur scène ?

Bien entendu ! Mais je pense que le rôle d'un artiste malgré tout, c'est d'évoluer, essayer d'être celui qu'il devient et pas celui qu'il a été..

Votre présence à Boulogne ce soir, c'est un choix, une envie ?

D'abord retrouver des amis. Minino* qui est là est vraiment un très bon ami à moi. Il m'a simplement dit « Francis j'aimerais que tu viennes faire de la musique avec moi, ça me ferait plaisir » et voilà !

Vous privilégiez dorénavant des relations de plaisir comme celle-ci ?

Oui, j'ai toujours du plaisir à faire de la musique mais là franchement, c'est vraiment hors contexte et à l'invitation d'un ami.

D'autres dates prévues ?

Non, pas pour l'instant, c'est en négociation.

Alors une envie particulière peut-être musicalement parlant, une tournée acoustique ?

Je n'y ai pas réfléchi encore mais franchement c'est vrai, je pense qu'il y a un appel de l'acoustique et j'en ai envie.. Surtout retrouver des ambiances, comme celle de ce soir, c'est intime, on a le temps, on ne se bouscule pas.. J'aime ça !

*Minino Garay, batteur percussionniste du groupe « Cordaba Reunion »

Interview réalisée par Patrick Dusautoir pour cote-dopale.com

Vendredi 22 Juillet 2005 Boulogne/Mer - Magic mirrors

Allez sur le site de cote-dopale.com

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site